France Tiers-Lieux Pierre Herme Annick Jehanne et Patrick Levy Waitz

Patrick Levy-Waitz, Annick Jehanne et Pierre Hermé

Ils seront plus de 3000 en 2022 et deviennent des acteurs incontournables et indispensables du Fabriqué en France. Patrick Levy-Waitz, Président de France Tiers-Lieux les présentent comme de “véritables leviers de développement pour nos territoires et des atouts pour la relance de notre économie”.

Par ailleurs, Patrick Levy-Waitz est président de la Fondation Travailler Autrement. Entrepreneur engagé, expert en accompagnement humain du changement, spécialiste des enjeux managériaux et sociaux, il répond à nos questions.

Quelle est votre définition du tiers-lieu?

Qu’il soit espace de coworking, fablab, friche culturelle, makerspace… un tiers-lieu prône la mutualisation, l’ouverture, le partage et l’hybridation d’activités. Lieu du faire ensemble, on y partage, au-delà des espaces, des projets, des expériences ou encore des compétences.

Le tiers-lieu implique-t-il une autre façon de travailler pour un indépendant, une association ou une entreprise?

Par la mutualisation des espaces et du matériel, il occasionne des rencontres inédites entre les différents acteurs d’un territoire:exercer son activité au sein d’un tiers-lieu permet de faire partie d’une communauté professionnelle au sein de laquelle peuvent naître des coopérations et complémentarités prometteuses pour le développement de l’activité de chacun. En se situant à l’intersection de certains flux pendulaires, les tiers-lieux permettent aussi de limiter les trajets. De fait, ils offrent un meilleur équilibre vie familiale – privée et vie professionnelle, tout en réduisant le sentiment d’isolement des télétravailleurs et entrepreneurs.

porte ouverte tiers-lieux Arielle Levy
tiers-lieux, résidente couture et découpe

En quoi les tiers-lieux peuvent-ils être acteurs de la redynamisation d’un territoire et booster le Made in France?

atelier

Atelier Roubaisien situé au Plateau Fertile de Fashion Green Hub

Près de 50% des tiers-lieux disposent à ce jour d’une dimension « production » en leur sein. Ils sont des écosystèmes du faire à l’échelle de leur territoire regroupant des entrepreneurs, des artisans, des makers. En effet, ils prônent la collaboration, l’ouverture et la transmission, ils sont en lien avec l’ensemble des acteurs locaux pour engager des travaux communs, encourager de nouvelles méthodes de fabrication et valoriser les savoir-faire locaux. Ils nouent ainsi des relations étroites avec des entreprises du territoire, les universités, les acteurs publics, les organismes de formation…

Par ailleurs, ces espaces privilégient la production en circuit-court et bien souvent des filières du réemploi. Les Manufactures de proximité, programme que France Tiers-Lieux a proposé au gouvernement, entendent répondre à ces enjeux:ce sont des tiers-lieux dédiés à la production, qui animent et apportent des services à une communauté professionnelle, des petites unités de production locale qui sont en capacité de recréer de l’activité localement et d’incarner le “fabriqué en France”.

Ont-ils un rôle dans le changement des modes de consommation?

Ils répondent aux aspirations nouvelles de la société de consommer de façon plus durable et responsable. De ce fait, ils  privilégient les circuits courts, la fabrication locale, en hyper-proximité. Nous souhaitons de plus en plus savoir d’où viennent les produits que nous achetons. Mais aussi, comment ils ont été fabriqués, quels impacts ils ont eu sur l’environnement. En proposant des lieux de production proches de chez soi, en étant également relais ou point de distribution de producteurs locaux, ils participent à recréer les liens que nous avions perdus entre la production, qu’elle soit d’objets manufacturés ou alimentaire, et notre consommation. Ces nouveaux lieux du faire ré-interrogent également sur nos besoins réels permettant d’adapter et de moduler les séries produites aux attentes et besoins locaux.

 

L’engagement des collectivités locales est-il indispensable aux tiers-lieux? Les collectivités vous paraissent-elles suffisamment informées sur les tiers-lieux et sur le secteur textile, ses liens avec l’économie circulaire?

La filière tiers-lieux revêt des réalités bien différentes d’un projet à un autre, d’un territoire à un autre. Ils sont bien souvent impulsés par des acteurs de la société civile. Le soutien des collectivités territoriales est donc un atout indéniable pour favoriser leur développement et leur consolidation. Pas uniquement sur un plan financier, mais surtout pour penser le territoire en commun. Chaque niveau de collectivité, Régions, Départements, Intercommunalités, Communes a son rôle à jouer. En impulsant une approche collective, décloisonnée et partenariale, ils favorisent l’émergence des tiers-lieux et construisent avec eux des réponses nouvelles aux besoins des territoires:création d’activités économiques, appui à l’innovation, maintien du lien social, incubation de projets d’intérêt général, expérimentation…

Globalement, les tiers-lieux expérimentent diverses formes de coopérations public-privé vertueuses, favorisant la transversalité des approches. Parce qu’ils sont moteurs de la vie et de l’animation locale, 62% des tiers-lieux ont des relations avec les collectivités locales et pour 39% «ce sont des relations qui durent». Acteurs reconnus de l’économie locale, ils sont 52% à être en lien avec les acteurs du développement économique sur leur territoire. Enfin, lieux de transmission et d’apprentissage par le faire, ils sont 51% à avoir des établissements d’enseignement mobilisés à leurs côtés.

Néanmoins, il paraît encore nécessaire d’acculturer certains agents et élus aux enjeux des tiers-lieux et aux opportunités sociales, culturelles, économiques qu’ils engendrent, pour essaimer ces nouveaux modèles de coopération entre acteurs publics et acteurs.

Comment l’État soutient-il aujourd’hui les tiers-lieux?

L’État s’est engagé dès 2019 auprès des acteurs des tiers-lieux en soutenant financièrement des lieux ressources dans les territoires, en capacité d’accompagner d’autres porteurs de projets localement:les Fabriques de Territoire. Les 300 Fabriques sont en cours de labellisation et participent au développement économique, numérique, culturel et social de leur territoire.

Le gouvernement a réaffirmé son engagement. Il a annoncé en août dernier 5 nouvelles mesures d’appui à la structuration et à la pérennisation du mouvement. Parmi elles, le programme Manufactures de Proximité, qui vise à développer des tiers-lieux de production. Il a été doté de 30 millions de financement. Les réseaux territoriaux, le réseau national et les réseaux régionaux, seront donc financés à hauteur de 4 millions par an pendant 3 ans. De plus, 3 000 missions de services civiques seront disponibles pour les tiers-lieux. Une mission m’a également été confiée par le Premier Ministre, afin de poursuivre nos travaux avec l’ensemble des ministères. Le but est de proposer une feuille de route visant à débloquer les freins encore existants à la reconnaissance et à l’accès aux financements des tiers-lieux.

 

L’essor des tiers-lieux est-il lié au développement de l’économie circulaire et de l’économie sociale et solidaire?

Les tiers-lieux s’inscrivent complètement dans le développement de l’économie sociale et solidaire. La création d’activités économiques dans les tiers-lieux ne peut être séparée de l’utilité sociale. Ils sont autant de réponses pragmatiques et concrètes aux enjeux de notre société. En effet, ils s’attaquent aux problématiques environnementales, et participent au développement d’une alimentation plus saine et durable pour tous. Ils travaillent à l’insertion professionnelle des plus fragiles. Ou encore, ils participent à la relocalisation de la production et à la préservation des savoir-faire français. Ils opèrent en favorisant des démarches partenariales et coopératives dans les territoires récréant des pôles de développement économique et social à l’échelle d’un bassin de vie.

Pouvez-vous nous donner quelques chiffres clés sur les tiers-lieux en France?

À la suite du recensement mené en 2020, un rapport a été remis par France Tiers-Lieux. Dans ce dernier, nous faisons état de 2 500 tiers-lieux en 2021. Nous pouvons affirmer qu’ils seront 3 000 à 3 500 en 2022. Si 46% des tiers-lieux se situaient en dehors des grands centres urbains en 2018, la tendance s’inverse en 2020. Le nombre de tiers-lieux hors des métropoles, 52%, est aujourd’hui majoritaire.

Annick Jehanne représente Fashion Green Hub à France Tiers Lieux

Annick Jehanne (présidente de Fashion Green Hub) présente le tiers-lieu Plateau Fertile lors d’une conférence France Tiers-Lieux

 Ils sont devenus des acteurs à part entière du tissu économique. En 2019 ce sont plus de 2 millions de personnes qui sont venues dans un tiers-lieu. Soit pour y réaliser un projet ou y travailler, et plus de 150 000 personnes y travaillent quotidiennement. Ce sont également des acteurs incontournables de l’animation territoriale réunissant 4 millions de personnes lors d’événements culturels. Enfin, si 75% ont des activités de coworking, ils cumulent d’autres activités et pour 50% d’entre eux, des activités de production ou de fabrication locale.

Où pouvons-nous trouver des informations sur les tiers-lieux par région?

Une des missions de France Tiers-Lieux est de renforcer la structuration des réseaux régionaux. C’est un maillon essentiel pour accompagner et outiller les porteurs de projet de tiers-lieux dans les territoires. À l’instar de certains réseaux historiques comme la Compagnie des Tiers-Lieux dans les Hauts-de-France ou la Coopérative Tiers-Lieux en Nouvelle Aquitaine, dans chaque région, un réseau est en cours de formation ou de structuration. Les réseaux régionaux et les têtes de réseau sont identifiés sur la cartographie du site internet de France Tiers-Lieux. Ce sont les plus à même de renseigner tout acteur sur les tiers-lieux situés sur leurs territoires.

⇒ Retrouvez ici le rapport France Tiers-Lieux remis au Premier Ministre le 27 Août 2021 et les annonces du gouvernement.

Pour finir, Patrick Levy-Waitz participera le 7 octobre aux Fashion Green Days Territoires Fabricants. Il parlera des tiers-lieux lors de la table ronde “Quelle stratégie des politiques publiques pour une réindustrialisation durable? “.

Sylvie Bourgougnon

Sylvie Bourgougnon

Des femmes qui veulent construire un monde meilleur, qui rêvent de s’habiller autrement et de superbes tissus dormants, prêts pour une nouvelle vie… C’est la mode responsable que je co-construis dans la Loire, territoire riche de savoir-faire textiles, de solidarité et de créativité.

 

Partager cet article sur :