Candidats FGB

Le cursus Fashion Green Business 1 est en cours et il se déroule d’avril à août. Il comprend 80 heures de formations, coaching et des webinaires utiles de pros.

14 projets ont rejoint la session 1 : 10 jeunes projets et 4 jeunes marques. Ils sont divers par leurs sujets, leurs expériences, ils viennent de plusieurs régions. Un esprit de groupe fort s’est créé entre projets et avec une équipe de formateurs très impliquée. En effet, pour réussir l’accompagnement humain et la compréhension profonde de chaque projet  est aussi important que la technique.

Aujourd’hui je vous présente deux projets en lancement Shopping Care et Irisens. Leur point commun : Être créés par deux mamans !

Ymane Amrane – projet Shopping Care

Ymane, qui es-tu ?

Je suis Ymane Amrane, une citoyenne du monde basée à Paris, passionnée par le fait d’aider à mettre en valeur une mode plus responsable.
Plus jeune, je n’avais pas conscience de l’impact de mes achats mode, je me contentais d’aller vers les offres les plus intéressantes…
Mais à la naissance de mes jumeaux, suite à leurs allergies à cause de la composition de leurs bodies, j’ai réalisé qu’il fallait contribuer à une mode plus respectueuse de l’environnement et des humains.

Qu’est-ce que tu aimes ?

J’aime croire qu’il est possible de changer les choses. J’aime avoir le défi d’aider à améliorer les choses. Je pense que nous sommes nombreux à vouloir consommer la mode de façon responsable. J’aime me dire que nous sommes une communauté fédérée par les enjeux environnementaux et la justice sociale.

Ymane Amrane - Shopping Care

Quel est ton projet ?

Mon projet, c’est Shopping Care, une application mobile qui permet de lever les freins de la consommation mode responsable. Elle crée un lien entre les boutiques responsables qui manquent souvent de visibilité et les consommateurs qui souhaitent modifier leur consommation mode.

La mission de Shopping Care est de faciliter l’accès à une mode responsable pour tous.
Les utilisateurs de l’application mobile peuvent géolocaliser l’ensemble des boutiques mode responsables (boutiques éco-responsables, solidaires et de seconde main). Et collaborer à une plateforme participative et bénéficier d’un Slow Market pour trouver des produits responsables et abordables (déstockages et nouvelles marques).

Qu’attends-tu de ce cursus ?

Pour faire aboutir mon projet, j’ai besoin de vous qui lisez cet article. Le but est de fédérer une communauté “Shopping Care” avec des futurs utilisateurs, des boutiques responsables (Solidaire, Éco-responsables et les Seconde main) et les nouvelles marques mode éco-responsable.

Aurélie Chevalier – projet Irisens

Aurélie, qui es-tu ?

Passionnée par le bien-être et la protection de notre planète depuis toujours, j’ai travaillé dans l’industrie automobile puis plastique pendant une dizaine d’années. Pour être en accord avec mes convictions, j’ai quitté ce milieu pour découvrir le monde agricole. Je souhatais être en accord avec mes convictions en contribuant au développement de la filière biogaz en France.

 Il y a trois ans, j’ai eu des jumeaux et doublé mon nombre d’enfants. J’ai décidé de quitter le biogaz pour être plus proche de ma famille et de développer l’entreprise que j’avais crée trois ans auparavant qui distribue en France des chaussures fabriquées en Allemagne dans lesquelles on se sent comme pieds nus.

 Comme je suis quelqu’un qui va au bout des choses, je souhaite proposer à mes clients des chaussures et des vêtements conformes à mes convictions.

Qu’est-ce que tu aimes ?

Mes enfants, mon mari, la nature, les animaux, le yoga. J’aime aussi les arts martiaux et comme aucun entraînement n’est ouvert depuis mi-octobre, je viens de me mettre au triathlon et j’adore!

 

Aurélie Chevalier - Irisens

Quel est ton projet ?

Des vêtements et des chaussures fabriqués en France dans des matières naturelles cultivées ou fabriquées le plus localement possible, qui respectent le corps et ses mouvements, et si légers qu’on ne les sent pas.

Qu’attends-tu de ce cursus ?

Mon gros souci concerne les chaussures car cette industrie semble avoir quitté la France il y a trente ans. J’ai déjà réussi à rassembler pas mal de pièces de puzzle mais j’ai besoin de trouver un moyen industriel fiable, qualitatif et réaliste économiquement pour fabriquer des chaussures ultra-souples. Le cas échéant je suis prête à investir dans des machines mais trouver des personnes qualifiées semble un challenge à part entière. Reprendre un atelier est aussi une piste. Je suis prête à apporter ma pierre à la réindustrialisation.

Je ne viens pas du milieu de la mode et toute connaissance dans ce domaine est bienvenu. Mon sens de la déco peut être amélioré, notamment pour mettre en avant mes produits. J’ai besoin d’optimiser ma communication. Je suis à la recherche de toutes matières fabriquées en France respectueuses de l’environnement utilisables pour des vêtements et chaussures. Je suis très instinctive mais il faudrait vraiment que je fasse des calculs économiques…

 

 

À propos de Fashion Green Business

Deux systèmes d’accompagnement sont en route :

  • Davantage de coaching pour les projets matures et jeunes marques
  • Davantage de formations pour les jeunes projets 

Le coût est de 1600 €, et 800 € pour les porteurs de projets qui résident dans les Hauts-de-France.

Une deuxième session aura lieu de septembre à décembre 2021.

La prochaine sélection aura lieu début juin.

Découvrez sans plus tarder, les coachs qui aideront à ce que tous ces projets se concrétisent.

Plus d’informations sur : hello@fashiongreenhub.org.

 

Annick Jehanne

Annick Jehanne

Présidente Fashion Green Hub

Partager cet article sur :